Petit chef ou vrai patron ?!

Cristina Pasat, Directeur Général Professional

Cela est depuis longtemps un sujet débattu, analysé au niveau pratique, théorétique, organisationnel, mais fréquemment abordé dans les discussions informelles des salariés. Souvent, l’opinion des employés au sujet du travail est profondément influencée positivement ou négativement seulement par leur impression sur son patron.

Ce qui nous fait percevoir un patron comme étant un bon ou mauvais patron, cela est difficile à uniformiser au niveau de tous les salariés. De toute évidence, il est impossible pour un patron de satisfaire les besoins de tous ou répondre parfaitement à toutes les exigences de ses employés.
Par Cristina Pasat, Directeur Général Professional
Dans ce contexte, une direction avec un plus haut degré d’objectivité qui nous peut indiquer si un patron est ou pas performant est la fluctuation à l’intérieur d’une équipe coordonnée, mais également la cohésion de celle-ci.

Souvent, nous avons tendance à négliger le fait, démontré aussi par de nombreuses études, que la façon dans laquelle nous apprécions notre patron ou pas à un impact majeur sur la décision de rester ou pas dans le cadre d’une entreprise.

Dans le cas où nous souhaitons ou nous occupons une position managériale, il est bien de connaitre que nous serons en permanence appréciés par ceux dont nous coordonnons. La littérature de spécialité, divers cours de formation ou le coaching nous fournissent des informations valeureuses, mais je crois que l’essentiel est la modalité dans laquelle nous regardons nos concitoyens. Importantes sont également les prémisses pour quelles nous souhaitons une position de coordination, les éléments qui nous motivent, d’où vient notre satisfaction dans un procès de coordination et de gestion, quelles sont nos valeurs et nos principes.

Les hommes sentiront s’ils sont vraiment appréciés au niveau personnel et professionnel ou s’ils sont seulement utilisés d’une manière égoïste comme moyens en vue de la réalisation de certains objectifs ou la satisfaction d’un sentiment de contentement personnel.

Le rôle d’un patron n’est pas facile et le but n’est pas de devenir « populaire » pour tous ou d’assurer ton propre stabilité sur un poste, en évitant l’encouragement et le développement des autres.

En qualité de patron, vous vous ne tromperez jamais ayant envers vos subordonnés une attitude correcte, principale, si vous vous respecterez la parole, si vous serez ferme dans les décisions contre les arguments des autres, si vous serez côte à côte de vos subordonnés et pas distant, si vous stimulerez la confiance et l’honnêteté, s’ils sentiront que vous appréciez leur apporte, si vous encouragerez la créativité si le développement des autres.

Comme patron, il est important que nous constatons l’apporte essentiel que nous avons dans la création de l’environnement organisationnel et l’importance que nous avons vis-à-vis des performances de chaque personne.

La satisfaction et l’implication dans son travail sont des aspects profondément influencés de ce que nous croyons, nous sentons ou comment et combien nous apprécions notre patron. Il n’est pas suffisant d’avoir des conditions très bonnes de travail, si le patron a la tendance de terroriser littéralement ses salariés ou de les considérer simples moyens d’exécution de certaines activités.